L’annonce vient de tomber, je vous laisse la découvrir en image

Eh oui, après six ans d’existence, cette maison d’édition, tenue par deux passionnés, cesse son activité, pour des raisons qui ne regardent que les deux éditeurs. Les auteurs vont donc récupérer leurs droits sur les livres, alors qu’ils ne le souhaitaient pas particulièrement. Vous imaginez que l’annonce a provoqué un tremblement de terre chez tous les auteurs de la maison.

J’ai de la peine. Pour les éditeurs, en premier lieu. Pour mes collègues, dont certains jouent décidément de malchance. Je pense notamment à Arielle Sautet, dont l’excellent La maison des guidés subit deux fois de suite une fermeture de maison.

Pour ma part, j’ai plusieurs titres publiés chez eux : Praesidia et les quatre premiers tomes de ma série jeunesse Les enquêtes de Myrtille et Barnabé (série qui comporte douze tomes).

Quand on est dans ce genre de situation, il n’y a pas trente-six options disponibles :

  • abandonner purement et simplement et laisser les textes retomber dans l’oubli
  • chercher une nouvelle maison d’édition (un parcours du combattant long et difficile, car les éditeurs hésitent à publier un livre déjà exploité, ce qui peut se comprendre)
  • passer à l’autoédition

J’ignore ce que vont décider mes collègues, mais il est très clair dans ma tête que la première option n’en est pas une. Qu’il s’agisse de Praesidia ou de Myrtille et Barnabé, ce sont des titres auxquels je crois, auxquels je suis attachée. Je me refuse à les voir disparaître ! De plus, l’attachement des enfants à mes deux petits héros fait qu’il est juste impossible de ne pas leur proposer la suite ! Sans parler de l’excellent travail fourni par l’illustratrice Rachel McQuade, qui mérite autre chose que les oubliettes.

J’avoue toutefois que le courage me manque pour démarcher les éditeurs et que le temps qui risque de s’écouler avant la parution d’un tome inédit va décourager mes petits lecteurs. J’ai déjà connu cela avec la fermeture de Kitsunegari éditions en 2018, quelques mois après la parution du premier tome de ma trilogie Les Nouveaux Temps. J’ai fini par sortir les trois tomes en autoédition, pour ne pas frustrer les lecteurs du premier, qui me réclamaient la suite.

Soyons clairs : je n’ai rien contre l’autoédition, bien au contraire. Les royalties sont plus élevées et l’auteur maîtrise la totalité du processus éditorial. En revanche, faire connaître son livre et lui assurer un grand lectorat est bien plus compliqué qu’en maison traditionnelle (en tout cas pour celles qui font correctement leur job).

Je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais je ne manquerai pas de vous tenir informés.

Mamie est une espionne, le tome 5, devait sortir en juin. Il ne paraîtra évidemment pas à cette date. Mais il sortira et les suivants aussi, ça, c’est certain ! Je ne sais juste pas quand ni comment !

À titre personnel, je regrette la disparition de Livresque car j’y ai rencontré deux belles âmes. Même si j’ai la ferme intention de continuer à les côtoyer autant que possible, la distance géographique va rendre les contacts limités. Je garde précieusement dans un coin de ma tête les bons moments passés en salons, les fous rires, les bêtises racontées… Merci pour cette belle aventure et bienvenue dans la vie post-Livresque.

À partir de la semaine prochaine (sans doute le 23 mai, mais sans certitude), un déstockage massif va avoir lieu sur le site de Livresque. Si des titres vous intéressent (les miens ou d’autres), ne tardez pas : dès qu’un livre sera en rupture de stock, il ne sera plus commandable nulle part. Attention ! L’extraterrestre du grenier, sorti en mars est victime de son succès et le stock est très très limité…

En commandant, vous faites deux bonnes actions : limiter la casse pour les éditeurs et préserver des livres de cette abomination qu’est le pilon !

(1 commentaire)

  1. Quelle tristesse ! c’est très sincèrement que je suis triste et désolée…
    est-ce qu’il n’y aurait pas une piste à creuser :
    Par exemple, les auteurs de cet éditeur réunissant leurs forces pour faire une autoédition groupée aidée des deux belles âmes dont il est question avec une commission pour les rémunérer de leur travail… ?
    bon, je sais, on va encore me dire que je suis naïve, utopique et trop bisounours…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :