J’aime beaucoup les romans de Laurent Mathoux, la preuve, je l’ai déjà chroniqué plusieurs fois ici et ici (avec une interview en prime).

Je vous parle aujourd’hui de son dernier-né, Les escargots meurent toujours debout.

Commencer un roman de Laurent Mathoux, c’est embarquer pour un voyage déjanté et musical où les zygomatiques vont être mis à rude épreuve. Ce cinquième ouvrage ne fait pas exception à la règle.

On y croise Eddy, un rock manager autoproclamé, persuadé de tenir le concept qui va le propulser vers la gloire. Pour cela, il cornaque Blob, un trio très mal assorti : Pinky, compositeur-interprète boudeur, Alice, bassiste un brin nymphomane, et Léon, batteur génial et fils d’héliciculteur, qui ne sort jamais sans quelques escargots en vadrouille sur sa personne. Dans la Cadillac rose d’Eddy, ils commencent à écumer la scène rock aux alentours de Clermont-Ferrand.

Avec Laurent Mathoux, les pages défilent à 100 à l’heure et le lecteur consomme du rire et des gloussements au même rythme que la Cadillac d’Eddy engloutit le carburant. Il dresse des portraits incisifs de personnages bien barrés, des bobos citadins trop sensibles au vieux paysan qui fait dans le bio par conviction assortie de paresse, en passant par le junkie/dealer au carnet d’adresses bien rempli. Des coulisses d’un concert rock aux petits arrangements discrets entre professionnels, il lève également le voile sur les réalités d’une existence de musicos, aux antipodes de la vie glamour bling-bling qu’on pourrait s’imaginer. Et il sait de quoi il parle : il est également compositeur-interprète d’un groupe de « rock agricole », les Flying Tractors, qui sévit en Auvergne.

Chacun en prend pour son grade, à parts égales, et bénéficie du même traitement sarcastique. Car l’auteur aime tendrement tous ses personnages et ne les juge jamais : il se contente de nous les présenter, dans toute leur splendeur et misère tellement humaines. Son écriture, qui se bonifie livre après livre, nous entraîne dans une danse endiablée, n’hésitant pas à aller jusqu’à l’absurde (l’idée d’escargots en guise d’animaux de compagnie n’étant pas des moindres). Son humour très caustique fait mouche à tous les coups.

Et ça marche ! Impossible de ne pas sortir d’une telle lecture sans le sourire aux lèvres !

Allez faire un tour dans la Caddy d’Eddy, vous ne le regretterez pas…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :